Coulisses : l’écriture de l’article sur le Salton Sea en Californie

Salton Sea en Californie du Sud

Je sais que vous êtes nombreux à vouloir savoir comment on travaille sur notre blog voyage. Où on puise notre inspiration et comment se passe le processus d’écriture d’un article, de l’idée à la publication.

Jusque-là, nous n’avions pas pris le temps de partager ça avec nos lecteurs (de plus en plus nombreux et on vous en remercie énormément), mais la publication de notre article sur Salton Sea a changé les choses. Sa rédaction était tellement riche en émotions que nous avons voulu le partager et saisir l’occasion de livrer un peu les coulisses de l’écriture de nos articles sur notre blog voyage chic et cosy.

Le voyage, le début de tout !

Pas d’article sans voyage ! Même si on nous propose parfois, à notre grande stupéfaction, d’écrire sur des endroits où nous ne sommes pas allés, mais en nous fournissant juste les informations nécessaires à un article… Nous ne parlons sur le blog que de ce que nous avons vu, testé et ressenti, tous les voyages dont nous parlons, nous les avons faits ! Or, notre passage au Salton Sea durant notre road trip en Californie du Sud nous a procuré des émotions si fortes que ce n’est qu’après notre retour du tour du monde que nous avons pu le mettre par écrit. Cette journée bouleversante et ce qu’elle a suscité en nous devait mûrir pour t’être correctement retranscrite.

L’écriture d’un article sur notre blog voyage

C’est une question qui revient souvent à propos de notre blog voyage : qui écrit les articles ? Pour nous, après 2 ans d’expérience, de luttes, de « puisque c’est comme ça… » et autres « alors t’as qu’à… » ponctués de « non mais t’oublies!!! » succédant à des moment d’osmoses, la solution s’est trouvée d’elle même : l’écriture à 4 mains ! Finalement, on a retranscrit ce qui nous réussit le plus, faire les choses à 2, alors on écrit à 2 !

Coulisse écriture de notre blog voyage chic et cosy
On n’est pas doué pour se prendre en photo, mais pour le reste, on s’en sort ;o)

L’un de nous écrit le texte selon sa sensibilité, puis l’autre repasse dessus en ajoutant des détails, mais en respectant le style et l’état d’esprit d’origine. Un fois ceci fait, celui qui a écrit le texte original reprend la main pour s’assurer qu’il reste fidèle à ses envies, notamment certaines tournures.

Quant au processus d’écriture, il peut varier selon que ce soit Alexandra ou moi. Elle est plus dans l’instantané souvent assez proche de la visite elle-même. A chaud, comme si quelque-chose devait sortir comme un fleuve, comme si quand elle visitait l’endroit, elle avait déjà le texte qui s’écrit dans sa tête. Ensuite elle n’aime pas trop revenir dessus, car quand elle le relit, le mood a changé ! Ce qui est fait est fait.

Pour ma part, c’est une écriture qui intervient souvent plus tard dans un brusque élan créatif pouvant avoir lieu n’importe quand. Une chose est sûre avant l’heure c’est pas l’heure après l’heure, t’oublies, je suis plus dans le mood. J’aime écrire avec de la musique en boucle dans les oreilles et je la choisis en fonction du thème que je vais donner à l’article. Dans le cas de l’article sur le Salton Sea, on était sur les premiers titres d’Eminem (une bonne dose de révolte) et du Johnny Cash (bien old style US acoustique). Des musiques parfaites dans leurs ambiances ou leurs messages.

Le point commun entre nos 2 écritures : les tripes. On veut que le lecteur partage nos émotions sinon autant lire une page du dictionnaire !

Comme tu as sans doute pu le constater en lisant l’article du Salton Sea, nos émotions on été ici mises fortement à contribution. Je me suis senti très sombre en l’écrivant mais comment te le dire ? J’avais besoin que ça sorte. Un accouchement difficile mais inévitable. J’ai pensé à pleins d’images, des tournures de phrases jour après jour en me douchant ou avant de dormir. Des flashs sur un ressenti ou un moment du voyage jaillissaient souvent. Pourtant, je peux l’avouer après rédaction, j’avais un peu peur de m’y mettre. C’est pas facile de parler d’un bel endroit comme ça qui soit pour autant si moche et terrible d’un point de vue émotionnel. J’avais pas envie de me planter. Réussi ou pas, je ne sais pas, c’est à toi lecteur maintenant de décider.

Visiter le Salton Sea recreation area en Californie du Sud

La documentation sur l’article du Salton Sea

Comme on te le dit dans l’article, on savait plus ou moins où on mettait les pieds juste avant d’arriver au Salton Sea, pourtant on ne pouvait pas se contenter de ça et de ce que nous avions vu pour écrire cet article. C’est pourquoi tout au long du processus d’écriture, je suis allé lire des pages et des pages sur des sites en anglais pour m’assurer que tout ce que nous te livrons est juste, sans prendre de raccourcis dans le but de t’orienter ou de t’apitoyer toi, le lecteur.

C’est justement en lisant plusieurs articles sur le sujet que les références au film « Into the wild » me sont apparues. Après avoir écrit le texte nous l’avons donc regardé, histoire de revoir ces endroits avec un œil extérieur. Eh bien tu sais quoi ? On a pleuré ! Oui oui, on a craqué… Après toutes ces heures d’écriture sur cette région qui nous touche, voir ces lieux et cette histoire bouleversante, ça a ouvert les vannes. Maintenant, une fois plus ou moins remis de nos émotions, nous sommes encore plus heureux de pouvoir partager avec toi ce post sur les coulisses de l’écriture du Salton Sea.

Les photos pour nos articles sur notre blog voyage

Là aussi, Alexandra et moi avoir parfois des vues différentes sur les photos qui doivent illustrer l’article. Généralement je fais une sélection (bien trop grande) qu’Alexandra affine. Comme je tiens souvent l’appareil photo durant nos voyages, c’est simplement plus logique que je commence le tri, sachant ce que j’ai voulu mettre en avant lors du voyage. Comme tu le sais sûrement si tu nous suis régulièrement, nos photos n’ont pas vocation à concourir pour des prix, mais simplement à refléter la réalité, te faire téléporter à l’endroit en question. Elle sont donc juste ajustées pour les contrastes et la luminosité, redressées car je suis incapable de prendre une photo parfaitement droite et c’est fini. Ah oui, j’oubliais le filtre UV qu’on met parfois sur l’appareil !

Alexandra et moi on n’aime pas trop les couleurs trop retouchées où le rendu est tellement travaillé qu’il ne reflète plus ce que le voyageur peut voir plus place (Alexandra est du genre à s’être énervée sur la Joconde au Louvre, parce que c’est pas l’originale…). On voit parfois sur des photos, des vaches qui finissent par être violettes à force de retouches de toutes sortes. Très peu pour nous. Ce qu’on voit on te le montre, et ce qu’on prend en photo c’est ce que tu verras si tu vas sur place. C’est aussi ce que toi tu pourras également prendre comme photo, si tu as un bon appareil. On trouve ça plus honnête. Ceci dit, on hésite pas à utiliser les variations de lumière et de contrastes que nous pouvons régler sur notre appareil photo, pour faire ressortir une ambiance.

Coulisse des photos de notre blog voyage chic et cosy
Parfois ça demande des positions étranges nos prises de photos…

Pour le Salton sea, les images devaient à nouveau refléter correctement la vérité crue des lieux. Un paysage désertique beau de prime abord, puis s’approcher et montrer l’eau polluée et les poissons morts. Pas de mise en scène, rien de déplacé. C’est pareil pour Bombay Beach, on n’a pas pris que le pire, mais un florilège qui transcrit notre ressenti des lieux. Et plus important encore, on a fait en sorte de prendre ces photos sans déranger les habitants. On ne voulait pas qu’il se sentent comme des bêtes curieuses, mais au contraire, respecter la dignité des locaux.

Coulisse des prises de photos de notre blog voyage chic et cosy

Le lecteur de notre blog voyage

Tout d’abord, comme on parle du lecteur, on ne peut pas s’empêcher de te dire merci ! Merci d’être là, de nous lire, de nous chercher. Comme on le dit souvent, sans lecteur, notre blog voyage ne sert à rien ! Alors merci !!!

Alexandra et moi voulons mettre le lecteur au cœur de notre processus d’écriture. Te livrer des avis objectifs, honnêtes ou subjectifs, mais argumentés. Nous voulons toujours mettre une part de nous-même dans nos lignes. Pourquoi? Pour toi qui nous lit. Le blogging c’est d’abord du partage et écrire s’est s’ouvrir au lecteur. Chaque article peut donner lieu à des commentaires plus ou moins élogieux et même parfois durs, pourtant nous n’en censurons aucun. Se livrer, c’est montrer une partie de soi, ce qui est donc forcément quelque chose d’un peu flippant (et si les gens détestent ???).

Mais à quoi bon livrer un contenu impersonnel et formaté ?

T’auras d’ailleurs remarqué qu’on te tutoies, parce que sur On holidays again, c’est sans prétention (tu sauras qu’Alexandra est encore un peu sensible au fait que le masculin l’emporte toujours dans l’écriture, donc elle cherche comment contourner ça ;o) ). Tu viens ici pour te détendre, rire ou pas, mais passer un bon moment en prenant des chouettes conseils et des bonnes adresses chic & cosy.

Voilà cher lecteur, nous espérons que tu auras eu du plaisir à découvrir les coulisses de la rédaction de nos articles en général sur notre blog voyage et de celui du Salton Sea en particulier. Ainsi, tu as pu mieux nous découvrir dans notre processus de création, qui n’engage que nous. N’hésite pas à nous mettre une petit commentaire si tu es d’accord, ou pas, si tu aimes notre façon de faire ou pas. Et pourquoi pas nous suivre sur Facebook et Instagram, on y fait tout pareil mais plus vite ;o)

Et si tu épinglais nos humeurs sur notre écriture sur Pinterest ?

Ecriture article les coulisses du Salton Sea Pinterest

18 Comments
  • Continuez à écrire comme vous écrivez. Transmettez-nous vos émotions, votre ressenti. Faites-nous vivre par procuration ce que vous vivez . Je pense qu’ un blog est fait pour ça. Vivre, voyager, ressentir, sourire et pourquoi pas…pleurer. Si ça donne tout ça, eh bien….vous avez réussi à partager avec le lecteur ( ou lectrice pour Alexandra). J’ai toujours un grand plaisir à vous lire, moi qui ne voyage pas, grâce à vous, je m’évade de temps à autre.

    • Merci Franca !
      On aime te faire voyager et te susciter des émotions depuis ton écran. T’en fais pas, on va continuer encore un peu. Il y a tant à dire…

  • Je vous comprends, ce lieu avait déclenché les mêmes émotions chez moi, et j’avais aussi eu besoin de temps pour écrire mon article, de digérer, d’être sûre de moi – et je craignais les réactions négatives ! mais c’est important aussi, ce genre d’articles !

    • On peut vraiment dire de La Mer de Salton, la Vallée Impériale et Slab City sont des lieux à part qui prennent dans un tourbillon le lecteur qui sait le regarder. Reste que le vivre est une chose et le partager en est une autre ! C’est pour ça que ça demande du temps. As-tu eu des réactions négatives ?

  • Je suis du genre à écrire avec mes tripes moi aussi et une musique qui met bien dans le mood… D’ailleurs quand je relate un récit de voyage qui ne m’a pas particulièrement touché on le sent tout de suite je trouve. J’aime livrer une émotion plus que quelques photos et deux conseils. Ca impacte plus et c’est le cas de votre dernier article pour moi ! 🙂
    Merci à vous de l’avoir partagé en tout cas.

    • Comme on est d’accord avec toi ! Même si on peut écrire, pour écrire, le vrai plaisir réside dans la mise noire sur blanc d’une émotion et d’un moment de vie quelque part. Un thème comme le Salton Sea est un exemple type. Rien de tel qu’une bonne musique pour s’aider un peu. Content de voir que tu partages notre philosophie ;.-)

  • Et bien j’ai passé un bon moment en vous lisant ! Cet article est une excellente idée 🙂 C’est intéressant de voir comment vous fonctionnez tous les 2 et de découvrir que vous êtes en totale osmose en fait !
    Comme vous, j’ai aussi le souci de retranscrire chaque voyage de la façon la plus sincère possible et collée à ce que nous avons vécu. Et une démarche assez similaire sur les recherches faites en amont, les positions de prise de photos (du genre à plat ventre sur la route pour chopper la voiture cubaine qui arrive^ ), le traitement des photos (même si j’aimerais bien me mettre à Lightroom) et surtout la place du lecteur au centre des préoccupations… le tout sur fond de rock’n roll ! Sauf que moi je suis toute seule pour faire tout ça hahahaha !
    Bref, pour répondre à votre question, oui je suis d’accord avec ce que vous dîtes et j’aime bien comment vous le faites, toujours avec humour 🙂

    • Tu nous fait vraiment plaisir Céline ! Pour nous c’est la récompense de faire passer un bon moment à nos lecteurs et parfois sur des sujets périphériques aux voyages. Chaque blog à son âme et donc ses techniques. Et si nous partageons volontiers nos bon plans, les coups cœur et nos itinéraire de voyages, on ne livre que peu les coulisses du blog. Pourtant on se rend compte au fil des échanges que beaucoup de se demande comment ça marche. C’était une bonne occasion que cet article sur e Salton Sea, de lever un coin du voile… Merci beaucoup de nous suivre si fidèlement et de nous encourager par tes commentaires.

  • Quel article génial. Cette fois-ci, je ne l’ai pas lu durant mon petit-dej car pas eu le temps de prendre un petit-dej depuis quelques jours (😅)
    J’admire votre spontanéité, votre authenticité et votre humanitude.

    • Ohhhh merci Julie ! Et merci de nous suivre si fidèlement. C’est grâce à des gens comme toi qu’on a envie de continuer à animer les petits dej ou autre moments de la journée.
      A bientôt sur le blog ou en Valais.

  • Vraiment très intéressant de voir comment vous travaillez à deux. D’autant qu’on a un peu la même méthode. Je vous rejoins totalement dans cette idée d’authenticité dans le texte, mais aussi dans les photos. Pas de vaches violettes chez nous non plus 🙂 Et même si je rêvasse parfois sur les photos prises avec un drone, j’ai finalement renoncé à l’idée d’en acheter un, me disant que c’était des images, certes sublimes, mais que nous et nos lecteurs n’auront jamais l’occasion de voir “de nos yeux”. A moins de se transformer en oiseaux … Merci en tout cas pour ce partage et votre spontanéité. Ne changez rien les amis !

    • Merci Delphine ! Ca nous fait plaisir de voir que les vaches violettes et le ciel d’une couleur improbable fini par en lasser plus d’un. Pour nous comme pour toi, le blogging c’est un partage réaliste des choses et c’est beau. Car si on veut que du rêve, on ouvre un catalogue. Pourtant ça nous ne empêche pas de donner du rêve aux lecteurs, mais il faut savoir raison garder.

    • T’es passé à un cheveu d’avoir fait le 1er commentaire censuré de l’histoire de notre blog 😉
      Merci en tout cas et merci de nous suivre si fidèlement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *