Snorkeling aux Maldives : le guide du Snorkeleur avisé

Girelle paon à taches d'encre

Ahhhhh le snorkeling… Se sentir en apesanteur, “voler” au-dessus d’un récif au milieu des poissons, être émerveillé par le monde sous-marin, bref faire du snorkeling aux Maldives, c’est s’en mettre plein les mirettes !

Enfin ça, c’est si tout se passe bien et pour cela il faut connaître 2-3 tuyaux que nous allons te donner dans cet article. Aux Maldives, il est difficile de situer le meilleur endroit pour snorkeler, car c’est un aquarium à ciel ouvert, alors on te conseille de te référer à nos divers revues d’hôtels que tu trouveras dans la catégorie Maldives.

Le meilleur du snorkeling aux maldives la girelle reine
La girelle-reine, quand tu la vois, tout s’arrête…

Plongée ou snorkeling aux Maldives ?

Tout d’abord, une grand question : faire de la plongée ou du snorkeling aux Maldives ? Les 2 ! Beaucoup de personnes nous disaient qu’on loupait beaucoup à ne pas plonger et à ce jour, nous pouvons te dire de façon pleinement convaincue : Non ce n’est pas vrai !

Il y a juste une chose qu’on a pour le moment loupée, parce qu’on ne plonge pas, c’est la rencontre avec le requin-baleine. Mon grand rêve ! En plongée, il y a nettement plus de chance de le rencontrer (quand c’est la bonne saison). En snorkeling aussi, mais c’est plus compliqué. Je l’ai aperçu, mais à peine une fraction de seconde, donc ça ne compte pas.

Sinon, pour le reste tout y est : poissons colorés, murènes, requins, pieuvres, gros poissons, raies, raies aigles, raies manta, tortues et même des dauphins !

Donc, si tu ne plonges pas, ce n’est pas grave, tu as de quoi te faire énormément plaisir simplement avec du snorkeling dans les eaux maldiviennes.

une-raie-manta-pendant-une-sortie-snorkeling-aux-maldives
Rencontre avec la raie manta pendant le snorkeling
Une raie aigle dans le lagon
Tomber nez à nez avec une raie aigle
Une tortue pendant le snorkeling
Suivre la tortue !

Un snorkeling aux Maldives réussi : les règles de sécurité élémentaires

Ne jamais partir seul en snorkeling !

L’océan peut être dangereux. Courants, murènes, requins, etc. On se doute bien que tu seras parfois amené à snorkeler seul, car Monsieur ou Madame, n’aura pas voulu t’accompagner. Ou peut-être que ton binôme aura voulu rentrer avant toi. Si tel est le cas, n’hésite pas à te greffer à un groupe déjà présent. Si t’es timide, pas besoin de leur dire, tu les suis à une distance raisonnable, assez proche pour être entendu en cas de soucis (non, ce n’est pas une pratique bizarre de suivre les gens !). De toute façon soyons clair, ce n’est pas avec un tuba dans la bouche, qu’on va aller discuter avec un groupe de touristes dans une langue potentiellement étrangère, pour leur dire que notre compagne/compagnon nous a laissé.

J’ai eu le cas où j’étais interdit d’eau (une mauvaise réaction aux planctons à Veligandu…) et Alexandra avait envie d’y aller. Sur Veligandu, le récif est proche des bungalows ou de l’île, quoiqu’il en soit, je l’ai gardée à l’oeil le temps qu’elle snorkelait sur le récif. Une fois dans le lagon, tu risques nettement moins, car tu as pied.

Poisson Balise typique du snorkeling aux maldives
Baliste écharpe, juste superbe !

Faut-il bien savoir nager ?

La question peut surprendre mais la réponse est non. Même s’il n’est pas nécessaire de bien savoir nager, il est indispensable de ne pas avoir peur de l’eau, de la profondeur et de la vie marine. Faut avouer que savoir bien nager pour snorkeler c’est pratique, surtout si on va sur un récif profond et puis ça rassure. Cependant, nous avons vu à plusieurs reprises des snorkeleurs équipés de gilet de sauvetage, voire de flotteurs. L’hôtel fourni parfois gratuitement ce matériel. Du moment que l’on est en bonne condition physique, on peut donc aller visiter les récifs, mais on ne peut que recommander qu’un des deux membre du groupe sache nager pour donner un coup de main si nécessaire. Une fois de plus, il faut vraiment avoir du bon sens, car partir dans l’océan Indien, ce n’est pas quelque chose à prendre à la légère.

La baliste clown, un des plus beaux poissons aux Maldives
La baliste clown

Les courants : un élément important même dans l’Océan Indien

Un récif paraît souvent calme mais il est très difficile de s’en rendre compte depuis la plage. Le sens du vent et la taille des vagues ne sont également pas une indication fiable. Surtout qu’aux Maldives, la plupart du temps, le lagon est très calme, une vraie mer d’huile ! Une fois dans l’eau, on perçoit vraiment si les courants sont forts ou modérés, ainsi que leur sens.

Tout d’abord, il faut repérer le sens du courant et évaluer sa force. Il peut être juste très fort sur 10 mètres et se calmer, donc regarde un peu autour de toi si d’autres snorkeleurs sont présents et observe s’ils vivent bien leur snorkeling… Sinon, il ne faut pas hésiter à sortir de l’eau et abandonner, quitte à réessayer plus tard. Si le courant est raisonnable, le mieux est de partir à contre-courant. Pourquoi ? parce qu’après avoir nagé 10, 20, 30 ou même 60 minutes, on peut avoir parcouru une grande distance. Il est donc beaucoup plus sûr et confortable de pouvoir se laisser porter pour revenir, que de devoir lutter contre un courant dont la force peut avoir varié durant tout le chemin du retour et être déjà fatigué.

Nous nous sommes faits surprendre une fois par un courant extrêmement violent et soudain qui nous a emporté en direction du large, c’était à Safari. L’angoisse ! Il a fallu garder son sang-froid et nager en diagonale des courants afin d’en limiter la force. Ce n’est qu’après une lutte acharnée, une belle frayeur et un détour sur des coraux tranchants que tout s’est bien terminé. Mais on peut te dire que nager de toutes ses forces, sentir son rythme cardiaque monter et n’avancer au mieux que de quelques centimètres (pour Alexandra qui nage comme un dauphin) ou stagner (pour moi qui nage comme un fer à repasser), ça fait vraiment quelque chose !!! A la fin, Alexandra, qui avait réussi à s’en sortir, avait dû revenir me chercher, car j’étais emprisonné entre le courant et les coraux. Mais on n’a pas été malin, parce que devant nous, on avait vu un couple rebroussé chemin, on aurait dû faire pareil. D’ailleurs pendant 2 jours on n’osait plus retourner dans l’eau, ça nous avait un peu traumatiser cette histoire…

Snorkeler aux Maldives veut également dire rencontre avec les murènes !

Certaines murènes sont très belles : murènes zébrées, ponctuées ou à flammes, mais ces animaux ont leur petit caractère. En snorkelant, difficile de repérer leur tanière. Il faut donc rester prudent quand on nage au-dessus des coraux. Si on en croise une lors d’une sortie, il est possible de s’en approcher, mais prudemment, sans geste brusque et surtout ne pas tenter d’aller les toucher. Les murènes détestent qu’on les provoque. Comment les provoquer à part en allant trop près d’elle ? On ne sait pas, on ne parle pas couramment le murène…

Cependant, si comme moi, tu t’approches accidentellement trop près d’elle et qu’elle tente de te mordre, fuis ! Je me suis fait virer du récif une fois. Alors oui, Alexandra s’est bien marrée à me voir courir hors de l’eau avec mes palmes, mais moi je ne rigolais pas du tout. Il faut dire que j’avais mis en colère une murène Javanaise, aussi appelée murène géante, dont la taille peut atteindre plus de 2 mètres et 30 kilos (bon je reste persuadé qu’elle faisait 10 mètres et 100 kilos…).

Une toute petite murène au bord de la plage
Non, ce n’était pas elle… L’autre, je n’ai pas eu le temps de la photographier

Snorkeling aux Maldives et requins, c’est indissociable !

Les récifs abritent plusieurs espèces : pointes noires (qui sont toujours là, tu ne peux pas les louper) et pointes blanches (qu’on croise de plus en plus souvent). D’autres, plus gros sont plus rares. Aux Maldives, ils ont de la nourriture en suffisance et n’attaquent pas l’homme. Ça n’en est pas moins impressionnant, surtout les premières fois.

En Mer Rouge, on déplore depuis quelques années des attaques contre les touristes mais cela reste rare. Il ne faut pas oublier que les requins sont bien plus des charognards que des chasseurs, ils aiment les proies affaiblies, blessées ou malades. Pas franchement la description de “l’Homo Touristicus”. Aux Maldives, l’attaque de requin n’est vraiment pas un sujet d’actualité. D’ailleurs, ce n’est pas même un sujet abordé lors de l’arrivée à l’hôtel ou même les excursions snorkeling. Ce sont des poissons point (oui des mammifères).

En résumé, c’est sympa de pouvoir les voir évoluer dans leur habitat naturel, tout en grâce et tranquille. On “sent” vraiment le sommet de la chaîne alimentaire avec son profil effilé et des accélérations hallucinantes si l’envie lui prend. C’est un animal magnifique. Tu le verras même chasser, parce qu’il est là pour ça. Le voir pendant que tu fais du snorkeling, c’est une merveilleuse expérience, car tu vois sa tête, tu sens sa puissance, même s’il est petit, tu flippes un peu. Bref, c’est un requin et t’as la chance de le voir en liberté.

MAIS ! Prudence cependant si on s’entaille sur un corail. Parfois dans l’eau on ne voit même pas qu’on saigne. C’est arrivé à Alexandra qui a continué son snorkeling prise par sa passion de photographier les poissons. En jetant un coup d’œil sur elle au cours de la plongée, je l’ai vue suivie à quelques mètres par non pas 1 mais 2 jeunes requins de récif. Ambiance… On s’est donc collé l’un à l’autre et nous sommes rentrés à toute vitesse, sans soucis. Mieux vaut ne pas tenter sa chance avec ces bestioles, tout de même. Si cela t’arrive, SORS ! Idem, si le requin a un comportement étrange à te tourner autour, à se rapprocher (il est censé avoir peur de toi), SORS ! Et si tu tombes dans une zone à faible visibilité et que tu vois un requin, PARS ! On a déjà eu des requins qui nous ont chassés du récif, un très agressif pour des raisons qu’on ignore et une autre était portante.

En résumé, la rencontre avec les requins fait complètement partie de l’expérience du snorkeling aux Maldives, alors profite ! Mais être prudent et avoir du bon sens c’est essentiel face à des animaux sauvages.

Requin à pointes noires pendant le snorkeling aux maldives
Requin à pointe noire

Rencontre avec les carangues durant le snorkeling

Une quoi ? Carangue. Un très joli gros poisson, à la couleur bleue irisée et des reflets jaunes et un bel air menaçant. Alors oui, l’attaque de carangues ne fait pas la une des journaux, mais ce sont des poissons très agressifs.

Lors de ton snorkeling aux Maldives, tu verras une fois ou l’autre un banc de carangues. Elles ne sont jamais seuls, minimum 2, maximum beaucoup trop. En soit, ces poissons ne sont pas un problème, même si quand ils passent, tous les autres poissons rebroussent chemin. Et même si une fois, on a vu une carangue pourchasser un petit requin à pointe noire. Ils ne sont pas dangereux pour les humains.

Alors pourquoi en parler ? De nouveau, l’eau n’est pas l’élément de l’être humain et en snorkelant, tu es confronté à des animaux sauvages et va savoir ce qu’il leur passe par la tête ! Tout ça pour te dire, qu’on a déjà dû quitter le lagon à cause des carangues… Elles n’avaient pas peur de nous (mauvais signe) et s’approchaient même beaucoup (très mauvais signe). Et une autre fois, j’ai senti une carangue contre mon mollet, sans rire, jette un oeil à ses dents et on en reparle…

Snorkeling aux maldives sous le regars menaçant des carangues
Alors, sympa ou pas sympa ?

Se protéger les pieds dans le lagon des Maldives, gare aux poissons-pierre !

C’est rare, très rare, mais impossible. Tu peux nager les doigts de pieds à l’air, mais mieux vaut le faire sur les terrains très sablonneux. Le récif abrite parfois des poissons-pierre et comme son nom l’indique, il ressemble à une pierre, il est discret et se fond dans le paysage. Ce qui est bien, c’est qu’il est calme et pas du tout agressif. Ce qui est moins bien, c’est que son aiguillon, situé sur la tête, est mortel.

Une fois de plus, les poissons-pierre ne font pas la une des journaux, mais notre article est un guide pour un snorkeling aux Maldives réussi, donc on se doit de te le dire ! Nous avons du coup opté pour des chaussons de plongée (avec semelle en caoutchouc) lorsque nous nous baignons, surtout si la zone est couverte de coraux (vivants ou morts). Pour être francs, nous en avons vu qu’un seul, mais dieu sait à côté de combien on est passé… Comment l’a-t-on vu, ce champion du camouflage ? Il s’est déplacé…sans ça aucune chance… Et une autre fois, on l’a aussi vu, mais c’était à la maison devant notre PC, on regardait nos photos et on a réalisé que dans le tas de corail, il y avait un poisson-pierre.

Un Poisson scorpion diable dans le récif
Tu le vois, là !
Magnifique mais dangereux le poisson lion
Le poisson-lion, superbe, mais mortel aussi (mais moins de chance d’y tomber dessus)

Le soleil, l’ennemi numéro 1 aux Maldives, même pendant le snorkeling

On passe tout de même pas mal de temps dans l’eau et on oublie souvent la tête. Un coup de soleil sur le cuir chevelu, ça fait mal, très mal expérience faite. Il ne faut pas oublier que dans les pays tropicaux, le rayonnement du soleil est beaucoup plus fort que chez nous. 1 heure dans l’eau et on ressort en homard. Sur la tête, on peut mettre un bandeau ou quelque chose qui tient bien. Sur le corps, au minimum un t-shirt.

Nous, on ne trouvait pas ça très agréable alors on a acheté une combinaison partielle chez Décathlon. Pas cher, elle couvre des cuisses à la moitié des bras. C’est bien plus agréable. En plus, ça tient un peu plus chaud en cas de courants froids. Ça protège des planctons urticants que l’on peut parfois croiser et cela améliore la flottabilité ce qui permet de moins se fatiguer dans l’eau. Tout bénéf’.

Les coraux des Maldives, une espèce à protéger !

Pour finir on voulait vous parler de ces animaux. Ils sont magnifiques, colorés et la maison de nombreuses espèces de poissons. Il FAUT prendre soin des coraux et surtout aux Maldives ! Ne surtout jamais marcher dessus, c’est très fragile et extrêmement lent à se régénérer : 1 cm par an. Si on casse un corail d’1 mètre c’est un siècle de construction qu’on détruit. Si on veut que les suivants, nos enfants, puissent en profiter il faut donc y faire attention. Qui plus est, les tuer détruit l’habitat des poissons.

L’erreur qu’on voit le plus, ce sont les gens qui vont dans le lagon à pieds ou qui snorkelent non pas à plat mais à la verticale, donnant ainsi de grands coups de palmes dans le sol. On en a même vu se poser sur des coraux de plusieurs mètres incroyablement fragiles pour regarder les photos qu’ils viennent de prendre ou faire un selfie !!!! Et après repartir sans un regard sur les dégâts. On en a aussi vu aller de corail en corail, car ils semblaient surpris de ne pas en trouver un qui supportait leur poids. T’imagines ?

A savoir que les coraux des Maldives ont été détruits par El Nino en 1999 et ont de nouveau subit El Nino en 2016, ils ont déjà bien assez de problème comme ça !

Le poissons ange lors du snorkeling aux maldives
Si il n’y a plus de coraux, il n’y a plus de beaux poissons

Avoir un bon matériel de snorkeling

Le masque et tuba, les éléments même du snorkeling

On peut souvent en louer dans les hôtels mais c’est pas notre truc. Franchement, on n’a pas envie de partager un tuba qu’on met dans la bouche avec les 200 touristes précédents à l’avoir utilisé et depuis le temps, financièrement cela n’aurait pas été rentable. Concernant le masque, autant prendre le tien et opter pour une bonne qualité. Pourquoi ? c’est simple, si un masque prend l’eau, c’est retour sur la plage et il n’y a pas de snorkeling. On peut le vider régulièrement, mais il va se remplir de condensation et donc : retour sur la plage.

Pour les eaux claires et tropicales, il faut si possible choisir un masque au contour noir. C’est une petite astuce qui permet d’être moins gêné par une forte luminosité, ce qui arrive avec un fond sablonneux très clair. Pour le confort, on peut rajouter un bande de néoprène adaptée aux masques pour mettre sur la nuque, ça évite notamment de se coincer les cheveux dans le caoutchouc. Une autre astuce : pour éviter la condensation, mettre quelques gouttes de shampoing pour bébé Johnson & Johnson sur les verres puis rincer, ça permettra de tenir 1 heure sans problème. Très utile, vraiment pas cher et la meilleure solution testée (par rapport aux vaporisateurs spécialisés).

Les bonnes palmes pour le snorkeling : un grand secret !

Équipement essentiel du snorkeleur. Pas mal de gens nous disent qu’ils attrapent des crampes dans la plante des pieds quand ils palment. On avait le même problème et on pensait ne plus en mettre alors que c’est déconseillé. Mais finalement, on a trouvé une solution : les petites palmes. Elles font la 1/2 de la taille de palmes “classiques” et sont très efficaces. On ne s’est jamais senti largué par rapport aux autres. Dernier avantage : elles prennent beaucoup moins de place dans la valise.

Une de nos activités préférées aux Maldives : prendre les poissons en photo

Regarder les poissons c’est magnifique que demander de plus ? On se disait ça au début et puis on s’est mis à faire des photos et franchement, ça vous change le snorkeling. On en fait un safari photos, on cherche de nouveaux poissons, de nouveaux coraux, etc… Et on ne voit pas le temps passer. Nous après, on regarde qui a fait la meilleure (esprit de compét’ quand tu nous tiens). Pour le moment, on doit dire que les Canon D10 et D30 nous donnent entière satisfaction. Solides, simples, ergonomiques, mode sous-marin efficace, prix raisonnable (on en trouve en plus d’occasion vraiment pas cher sur internet). Ce sont des appareils sous-marin sans coque, qui vous seront également utiles hors de l’eau, par exemple lors du pique-nique pluvieux chez Tati Jacqueline…

Faire des photos pendant le snorkeling Maldives

Où faire du snorkeling aux Maldives : sur l’île, une excursion ou une croisière ?

La réponse est partout ! Les Maldives sont archipel de corail au milieu de l’Océan Indien, rien que dans cette succession de mots, tu devines que c’est le paradis du snorkeling.

Faire du snorkeling depuis l’île

C’est clairement à privilégier, car c’est gratuit, tu y vas quand tu veux et au bout de 3 jours, tu seras à l’aise dans le récif. Cela demande que l’île ait un récif proche et sympa, généralement on regarde beaucoup les critiques de l’île sur Trip Advisor.

Faire une excursion snorkeling

C’est très sympa. Les prix varient suivant le standing de l’hôtel, mais ça permet de changer de récif, de voir autre chose. Et généralement, ils font les sorties snorkeling dans les plus jolis endroits de l’atoll, donc tu ne pars pas pour que ce soit moche. Et en plus, une petite virée en bateau ou en dhoni à travers les Maldives, c’est toujours un bon moment.

Une croisière-snorkeling

Nous ne l’avons jamais expérimenté, bien que souvent hésité. Maintenant, il y a de plus en plus de croisières proposées pour le snorkeling. L’avantage, c’est que tu fais beaucoup de snorkeling et que tu voyages à travers les atolls, tu changes d’endroits tous les jours, tu vois beaucoup plus de choses.

Pourquoi on n’a jamais passé le pas ? Parce que pour nous, ce ne sont pas les vacances aux Maldives comme on l’entend. Un séjour aux Maldives, c’est un tout, dont le snorkeling fait partie, mais c’est aussi de la détente et savourer de ne rien faire sur l’île. Et aussi parce qu’on a le mal de mer, voilà !

Épingle-moi sur Pinterest !

Le guide du snorkeleur

3 Comments
  • Perso, les touristes qui posent les pieds sur le corail, comme s’il s’agissait d’un rocher, je les maudis !
    J’aurais ajouté d’opter pour une crème solaire qui limite les effets sur le corail…

    • Coucou Nath’ ! On partage tellement ton avis pour les coraux ! Ca nous fend le coeur à chaque fois. Concernant la crème solaire, on te remercie infiniment de relever ce point. Tu as raison ! D’ailleurs, de notre côté on prend les crèmes solaires les plus naturelles que possible (du coup qui s’étalent mal et du coup on ne ressemble à rien…). Idem pour l’anti-moustiques, on prenait un naturel, mais cette année malheureusement, on va devoir utiliser le rouge, car Zika a été mentionné aussi aux Maldives…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *